RTL Info - Arnaque sur internet- Location des vacances

#1

Arnaque sur internet (04/08/2015)

Veröffentlicht am 05.08.2015
Samedi 1er août: c'est le jour du grand départ pour Samuel et sa famille. Les voitures sont chargées et, depuis Tubize, le cap est mis sur Torrevieja. Plus de 1.800 kilomètres de route pour atteindre une belle villa du Sud-Est de l'Espagne, louée via le site fotocasa.es. Un long trajet bouclé en 27 heures. Un long trajet au bout duquel les vacances commencent... ou plutôt, le calvaire. "On est arrivé à la maison, et elle était louée par des Français. Je peux vous garantir qu'après un tel voyage, c'est une fameuse surprise. Une très mauvaise surprise", nous a confié Samuel via notre page Alertez-nous.

Dix membres d'une même famille se retrouvent ainsi face au mur. En arrivant sur place dimanche soir, ils espéraient tous se rafraîchir avant un repos bien mérité dans un lit confortable. Ils sont loin, très loin de chez eux. Les températures sont très élevées: plus de 35 degrés et pas un nuage à l'horizon. Le tout, avec deux enfants, dont un qui n'a pas plus d'un an. "C'est très difficile, on s'est pris une grosse baffe. Et quand les locataires nous ont dit que d'autres personnes, dans le même cas que nous, étaient venues sonner, on a tout de suite compris", a ajouté Samuel.

En quelques instants, c'est la douche froide sous le soleil de plomb. "L'arnaque est classique, malheureusement", explique Olivier Bogaert de la Computer Crime Unit. "Les escrocs utilisent toujours la même technique. Leurs fausses annonces sont très bien faites et il est facile de tomber dans le panneau", a-t-il ajouté.

Olivier Bogaert a ainsi donné quelques "trucs" pour éviter les arnaques, mais sans garantir un risque zéro pour autant. "Une méthode intéressante c'est d'enregistrer la photo de l'annonce, et de la coller dans Google Images. Si vous voyez que le bien retrouvé via le moteur de recherche est lié à différentes annonces, vous savez que c'est louche", a-t-il précisé.

Bien entendu, d'autres éléments peuvent cacher une arnaque, comme par exemple des prix très attractifs qui visent des proies peu fortunées qui pensent avoir trouvé la destination "de rêve" à prix réduit. Olvier Bogaert conseille également de ne pas "céder face à l'instantanéité". Se renseigner, se documenter par rapport à un bien en location ou une annonce fait partie des réflexes qui peuvent nous épargner des soucis.

Pour Samuel et sa famille, il est vraisemblablement trop tard. Le loyer pour les trois semaines était de 2.000 euros. Ils n'en ont payé que 1.000 euros en acompte, malgré l'insistance de l'escroc. "Il a beaucoup insisté pour qu'on paie la totalité du montant par virement. Il nous a même dit que si on payait tout, il nous faisait une réduction de 15%. Mais on a refusé, précisant qu'on ne payerait la deuxième partie du montant qu'à notre arrivée", a-t-il précisé.

Payer par virement, le détail qui "sonne faux", selon Test-Achat. "C'est très fréquent que les escrocs ne respectent pas la procédure des sites Internet où sont placées les annonces. Ils envoient alors un numéro de compte par mail, et demandent un versement par virement bancaire", a confié Julie Frère, porte-parole de Test-Achat.

En général, les sites où sont postées des annonces luttent pour éviter que des escrocs ne s'emparent de leur plateforme pour arnaquer des clients. La meilleure méthode pour cela reste encore de bloquer un paiement qui ne sera versé aux propriétaires du bien loué qu'après une certaine durée, souvent 48 heures à partir de la remise des clés aux locataires. Sans plainte de la part des clients endéans ce laps de temps, le site estime que "tout le monde est content" et verse l'argent aux propriétaires.

Le paiement ayant été fait il y a près de trois mois par Samuel, cette option n'est plus envisageable. Cela étant, ce n'est pas pour autant que tout est perdu d'avance, même si la lutte s'annonce ardue. "De toute façon, dans pareil cas, il faut tout de suite aller porter plainte à la police locale", a ajouté Julie Frère. "Une telle arnaque est un délit et cela relève des juridictions pénales. Mais il faut aussi appeler le site web où se trouvait l'annonce. Même si on n'y croit pas toujours, on a parfois de bonnes surprises et ils proposent des solutions, comme reloger les victimes. Ensuite, pour tout ce qui est entrepris, il est très important de garder toutes les traces écrites", a-t-elle conclu.

Prendre contact avec le site fotocasa, Samuel l'a fait quasi dès son arrivée sur le lieu de vacances. Ils l'ont attentivement écouté et lui ont promis de donner toutes les suites possibles à son dossier. "Mais ils ont aussi insisté sur le fait qu'ils n'étaient qu'un intermédiaire entre nous et l'escroc, ce qui ne nous donne pas beaucoup d'espoir", a confié Samuel.
 
Top