Un escroc arreté: il se faisait passer pour un pretre

#1

Un escroc arrêté: il se faisait passer pour un prêtre
Richard K.
Veröffentlicht am 24.11.2015
Le nommé Yahou Léhi Célestin est tombé dans les filets des
policiers de la direction de la police criminelle (Dpc), la semaine
dernière. L'individu a tenté de soutirer la somme de trois (3)
millions de F Cfa à la Direction générale de la Loterie nationale
de Côte d'Ivoire (Lonaci).
Les informations de sources policières, indiquent que les faits
remontent au mois d'octobre 2015. Yahou Léhi Célestin, se faisant
passer pour un prêtre du Diocèse de Grand Bassam, dépose un
courrier de demande d'aide à la direction de la Lonaci, au nom de
l'évêque dudit Diocèse, en vue d'organiser un arbre de noël en
décembre 2015. Avant de répondre à la demande de fonds, la
Lonaci commet un huissier de justice, afin de s'assurer de la
véracité d'un tel projet. Après enquête, les conclusions de
l'huissier font vite de démontrer que l'on a affaire à un escroc
notoire. Se faisant appeler l'Abbé Yahou Celestin, l'homme n'est
pas reconnu dans le Diocèse de Grand Bassam. Aussi, le huissier
révéle‐t‐il que Monseigneur Raymond Ahoua, évêque du Diocèse de
Grand Bassam, n'a adressé aucune demande d'aide à la Lonaci. La
police criminelle est donc saisie par les victimes qui portent
plainte pour tentative d’escroquerie. Les hommes du commissaire
Niagne Honoré ouvrent une enquête qui aboutit à l'arrestation de
Yahou Léhi Célestin suite à la souricière mise en place par les flics
en collaboration avec la Lonaci. En effet, le faux prêtre est invité
par la Lonaci à récupérer le chèque de 3 millions de F Cfa. L'escroc
qui mort à l'appât, est donc épinglé, dans les locaux de la Lonaci.
C'était le lundi 16 novembre 2015. Conduit à la Dpc et soumis à un
interrogatoire, Yahou Léhi Célestin reconnaît les faits qu'on lui
reproche, sans la moindre difficulté. Non sans expliquer qu'il a agi
ainsi, parce qu'assailli par de nombreux problèmes de finance. Il
devrait être déféré ce lundi 23 novembre 2015 au parquet, au
tribunal, au Plateau.
 
Top