PLCC - Avis de recherche

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-de-faux-usage-de-faux-et-descroquerie-il-se-fait-passer-pour-une-française-en-quête

Soumis par r.doukrou le lun, 24/08/2015 - 13:33
SUSPECTÉ DE FAUX, USAGE DE FAUX ET D´ESCROQUERIE: IL SE FAIT PASSER POUR UNE FRANCAISE EN QUETE D´AMOUR

C'est lors d'une patrouille, que les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) ont interpellé un individus, suspecté d'être un cyberdélinquant. Il s'agit du dénommé KOUAMÉ SASSO GUY agé de 19 ans. C'etait dans la commune de Yopougon, précisement au quartier Sicogi, le 19 août 2015.

« LAETITIADUPOND », jeunefillefrançaise vivant en France, à la recherche de l'âmesœur. C'estavecce faux profilqueKOUAMÉSASSO GUY se connectaitsur les réseauxsociaux. Le cyberdelinquant ne se privait pas de demander àsesvictimes de l'argent. Une de sesvictimesest dame A. L, a qui il a demandé la somme de 500 Euros. Cesinformationssont le résultat des investigations appronfondies du Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), obtenuàpartir des élementsque le suspects avait en sa possession (Pc, téléphone mobile…).

Interrogé par les enquêteurs de la PLCC et mis devant ces preuves accablantes, KOUAMÉ SASSO GUY a déclaré pratiquer la cyberdélinquance. Il a reconnu se faire passer pour une femme française attirée par d'autres femmes. Il envoyait des demandes d'amitiés à des correspondantes. Une fois, la confiance installée, elle aboutit sur une relation amoureuse. Relation dont il profitait pour demander de l'argent à ses victimes. Il ajoute avoir perçu de cette pratique, plusieurs centaines d'Euros.

En définitive, le suspect pourrait être poursuivi pour usurpation d'identité et escroquerie sur internet. Il a été mis à la disposition des autorités compétentes pour répondre des actes qui lui seraient reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-de-vol-de-données-informatiques-il-détourne-les-données-de-lentreprise-ou-il

Soumis par g.ouedraogo le mar, 25/08/2015 - 15:24
SUSPECTÉ DE VOL DE DONNÉES INFORMATIQUES: IL DÉTOURNE LES DONNÉES DE L´ENTREPRISE OU IL TRAVAILLE A DES FINS PERSONELLES

Interpellé le 21 Août 2015, KOUASSIKOUADIOVALENTIN,estsuspectéd'avoirvolé les donnéesinformatiquesd'uneentreprise de la place qui l'embauchait et danslaquelleilétaitpromisà un brillantavenir.

Tout commence lorsque Mr K.K.S gérantd'unesociétéspécialisédansl'actuariat, vient porter plainteà la PLCC, aprèsavoirdécouvert des courriers au nom de l'un des stagiairesqu'ilemploie, KOUASSIKOUADIOVALENTIN. Des documents danslesquelsce dernier se fait passer pour un actuaired'uneautreentreprise.

Convoqué dans les locaux de la PLCC, l'analyse de son ordinateur portable, clés USB et de sestéléphones mobiles, par le Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), a permis de se rendrecompteque le suspect avait en sa possession, des logiciels de travail, des fichiersfactures, adressésà des clients ainsique des documents de suivibancaire.

Devant autant de preuvesaccablantes et face aux enquêteurs de la PLCC, KOUASSIKOUADIOVALENTIN a avouéavoircopié la base de donnée de l'entreprise. Il a déclaréavoirutilisécesdonnées pour créer un logicieldans le domaine de l'actuariat, qu'ilcomptaitvendre aux clients de Mr K.K.S. Il a poursuivit son propos en disant, qu'il a utiliséfrauduleusement le logo de l'entreprise de l'une de sestantes, àl'insu de celle-ci.

En définitive, KOUASSIKOUADIOVALENTIN a étéremis aux autoritéscompétentes pour répondre des faits qui luisontreprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-dusurpation-didentité -il-falsifie-de-nombreux-documents-pour-crédibiliser-son

Soumis par r.doukrou le lun, 31/08/2015 - 11:51
SUSPECTÉ D´USURPATION D´IDENTITÉ: IL FALSIFIE DE NOMBREUX DOCUMENTS POUR CRÉDIBILISER SON HISTOIRE

Suspecté d'être un cyberdélinquant, le dénommé KOFFI ERIC STEPHANE âgé de 18 ans a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). C'était le 25 août 2015, dans la commune de Cocody-Angré.

Conduit, dans les locaux de la PLCC, les éléments ( ordinateur, téléphone mobile et clés USB...) en sa possession, ontétémisà la disposition du Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'informatique et des Traces Technologiques (DITT). L'analyse technique de ceséléments a permis de découvrirplusieurs documents à savoir: des passeportsfrançais au nom de LACHOQUETTE MARIE COLOMBE et GRAUX EMILE, unefausse attestation de prise en charge financière de l'ambassade de France au nom de «MARIE HELENE GUITEAU», un reçuofficiel de dépôt de fonds d'une institution bancaire locale, un mandat de poursuitejudiciaire, attestation de réservation de billet d'avionsurunecompagnieaérienne, unefausse carte nationaled'identitébelge au nom de «DUCAO PAUL MARIE» etc... Aussi, de nombreuxprofils de femmes françaises «MARYLINEDUCHET», «MICHELINE PARQUET», «SUZANNE VENDIN», «FLORANCEVENDIN» et des échangesamoureuxavecplusieurscorrespondants et plusieurs codes de transfertsd'argentontaussiétéretracé par le LCN.

Interrogé et confronté à toutes ces preuves, le suspect a déclaré être un cyberdélinquant. Il a ajouté utiliser les différents faux profils pour échanger avec différentes victimes avec lesquelles il pratique le tchat love. De cette pratique, il soutient avoir faire de nombreuses victimes et obtenu des milliers d'Euro.

En définitive, le suspect pourrait être poursuivi pour faux et usage de faux, usurpation d'identité et pour escroquerie sur internet. Il a été mis à la disposition des autorités compétentes pour répondre des faits qui lui seraient reprochés.

lire aussi ici:
http://koaci.com/cote-divoire-brouteur-avait-plusieurs-nationalites-90955.html
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspectés-de-fraude-sur-identification-ils-identifient-500-cartes-sim-avec-la-même-identité

Soumis par g.ouedraogo le mer, 02/09/2015 - 17:20
SUSPECTÉS DE FRAUDE SUR IDENTIFICATION: ILS IDENTIFIENT 500 CARTES SIM AVEC LA MEME IDENTITÉ

KOUAMÉ DESIRE ET TAHUE ROMAIN. Ces deux individus ont été conduis devant le Parquet d'Abidjan par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Ils ont été interpellés pour fraude sur l'identification d'environ 500 cartes SIM.

Tout commence lorsque les services de validation d'identification d'une compagnie de téléphonie mobile, se rendent compte que des fraudes massives ontété opérées. Cela, à l'aide d'un outil de travail de la compagnie, mis à la disposition d'une entreprise sous-traitante, dans le cadre de l’identification de ses abonnés. Ce sont 500 puces qui ontété identifiées en 2 jours, avec la même pièce d'identité. Des identifications qui sont faites sur la base d'achat de carte Sim, ne pouvant qu'avoisiner la vingtaine maximum par jour. L'entreprise décide alors de saisir la Plateforme de LutteContre la Cybercriminalité (PLCC).

Grâce aux investigations du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), les enquêteurs ont pu remonter le fil de ces identifications jusqu’à KOUAMÉ DESIRE et TAHUE ROMAIN, tous les deux superviseurs dans la société de sous-traitance.

Ils ont été conduit devant les autorités compétentes pour répondre des faits qui leur seraient reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspectés-descroquerie-sur-internet-et-usurpation-didentité-ils-prennent-plus-11000-euros

Soumis par g.ouedraogo le lun, 07/09/2015 - 12:59
SUSPECTÉS D´ESCROQUERIE SUR INTERNET, ET USURPATION D´IDENTITÉ: ILS PRENNENT PLUS 11.000 EUROS A LEURS VICTIMES POUR VIVRE COMME DES "ROIS"

11.650 Euros, (soit environ 7millions 630 milles 750 FCFA). C'est le montant du préjudice causé par DIARRA YAYA KADER; KONE MOUMOUNI; KONE ISMAILA ET SANGARE MOUHAMED à leurs victimes d'origine européenne. Ils ont été interpellés à leur domicile par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) le 2 septembre 2015.

Conduis dans les locaux de la PLCC, l'exploitation de leursoutils de ''travail'' par le Laboratoire de CriminalisteNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), a permis de faire plusieursdécouvertes. De faux documents de notification de l'Ambassade de France en Côted'Ivoire, des photos et vidéos de ressortissantseuropéens, ainsique des mails de chantageà la vidéo.

Devant ces éléments accablants fournis par le LCN, les suspects ont, devant les enquêteurs de la PLCC, fait l'étalage de leur organisation. Sous de faux profils (masculin – féminin), tel que «MARIA DUFOU», «CHRISTELLE LEPEUT», «BERNARD CROS», «ERIC ET PASCAL OUZEAU», les suspects écumaient les sites de rencontre pour faire des victimes. Ces ''spécialistes'' du love chat, et du chantage à la vidéo, ont, à leurs actifs, plusieurs victimes de nationalité française.

Au sein de l'organisation, chacun avait un rôle précis, pendant que les autres se faisaient des victimes, DIARRA YAYA KADER est celui de la bande charger d'effectuer les retraits des mandats de ses acolytes dans certaines agences de transfert d'argent, moyennant 10% de la somme perçue. Il a ajouté ne pas se souvenir du nombre de fois ou il a eu à faire ce genre d'exercice, ni le montant total de commission qu'il a reçue.

En définitive DIARRA YAYA KADER, KONE MOUMOUNI, KONE ISMAILA et SANGARE MOUHAMED pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d'éléments d'identification de personnes physiques, escroquerie et complicité d'escroquerie sur internet. Ils on été remis au autorités compétentes pour répondre des faits qui leurs seraient reprochés.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour visionner ces individus exposer fièrement l'argent de leur larcin:

Youtube cyberdélinquants interpellés par la PLCC
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspectés-davoir-modifier-des-données-ils-sintroduisent-dans-le-système-pour-escroquer

Soumis par r.doukrou le lun, 14/09/2015 - 16:16
SUSPECTÉS D´AVOIR MODIFIER DES DONNÉES: ILS S´INTRODUISENT DANS LE SYSTÈME POUR ESCROQUER

C'est suite à un retraitinexpliqué, que le Directeurd'unesociété de transfertd'argent a saisi la Plateforme de LutteContre la Cybercriminalité (PLCC). Les dénommés LOROUGNOU ESTELLE caissière et KOFFI EMERY chef de l`agence, ont été interpellés le 09 septembre 2015, à la suite des investigations menées.

Tout commence, le 06 juin 2015. LOROUGNOU ESTELLE, caissière n'a pas pu imprimer son rapport journalier des transactions effectuées durant la journée, à sa descente comme à son habitude, suite à une coupure d’électricité survenu de 12h00 jusqu'à 17h. Le lendemain en imprimant le rapport de la veille, celle-ci constate 2 envois anormaux en destination de la France qu'elle ne se reconnaît pas avoir effectués. Elle informe automatiquement son chef qui n'est autre que KOFFI EMERY. Celui-ci à son tour joint téléphoniquement sa hiérarchie pour l'en informer. Le Directeur aussitôt appelle la banque à laquelle ils sont assignés, pour annuler ces 2 transferts ( 1.540. 000 F CFA et 279 000 F CFA) mais un seul a pu être bloqué (la plus petite somme). La banque lui tire alors les bulletins des 2 semaines avant la fameuse coupure d'électricité,un mois plutard. Grande fût sa surprise de découvrir 24 509 000Fcfa d'opérations frauduleuses dont il n'avait pas connaissance. Celui-ci dépose donc une plainte à la PLCC.

Les investigations du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT) sur le poste de travail des employés de l'agence, ont révélé qu' après l'heure de fermeture de la caisse, des transactions continuaient de s’opérer. L'ordinateur censé être éteint, restait allumé.

Interrogée par les enquêteurs de la PLCC, LOROUGNOU ESTELLE a déclare ne pas être la seule à avoir accès aux mots de passe pour effectuer les transferts et retraits. Elle a affirmé que son chef d'agence les avaient. Il pouvait donc effectuer des transactions en sa présence comme en son absence. A la question de savoir pourquoi n'a t- elle pas signaler les transactions effectuées après la fermeture de sa caisse, celle ci n'a pas pu répondre.

KOFFI EMERY a pour sa part avouer effectuer des retraits et des transferts sans pour autant passer par la caissière. À la question de savoir s'il vérifiait le rapport journalier de cette dernière avant de l'envoyer à sa hiérarchie, ce qui lui aurait permis de constater des anomalies, Il n'a pas pu répondre.

En définitive, les suspects pourraient être poursuivis pour intrusion dans un système,modifications des données et retraits frauduleux, complicité d'escroquerie sur internet. Ils ont été mis à la disposition des autorités compétentes pour répondre des faits qui leur sont reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecte-d’escroquerie-sur-internet-il-utilise-le-faux-profil-«-marrone-maerten-»-pour-faire

Soumis par g.ouedraogo le ven, 18/09/2015 - 15:07
SUSPECTE D´ESCROQUERIE SUR INTERNET: IL UTILISE LE FAUX PROFIL "MARRONE MAERTEN" POUR FAIRE DES VICTIMES

TCHOTCHE DERAN AUBIN a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). C’était le 16 septembre 2015 dans la commune de Yopougon. Le suspect a été pris alors qu’il usurpait une identité à fin d’arnaque.

« MARRONE MAERTEN », une dame de type nord-américan, de nationalité franco-canadienne. C’est ce faux profil qu’utilisait TCHOTCHEDERANAUBIN pour se connecter sur les réseaux sociaux. Conduit dans les locaux de la PLCC, les investigations du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) de la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT), sur les différents supports qu’il utilisait, ont permis de corroborer ces informations. De plus, plusieurs victimes d’origine européenne ont été découvertes à son actif, dont un Français qui s’apprêtait à lui verser de l’argent.

Devant ces preuves accablantes, et face aux enquêteurs de la PLCC, TCHOTCHE DERAN AUBIN a reconnu pratiquer la cyberdélinquance depuis un bon moment. Il a ajouté pratiquer le love chat, en se faisant passer pour une femme.

En définitive, TCHOTCHE DERAN AUBIN alias « MARRONE MAERTEN », pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’éléments d’identification de personnes physiques, et d’escroquerie sur internet. Il a été conduit devant les autorités compétentes pour répondre des faits qui lui sont reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspectés-dusurpation-didentité-ils-inventent-des-histoires-pour-escroquer-sur-internet

Soumis par r.doukrou le lun, 21/09/2015 - 16:44
SUSPECTÉS D´USURPATION D´IDENTITÉ: ILS INVENTENT DES HISTOIRES POUR ESCROQUER SUR INTERNET

YABLÉ DONALD WILFRIED (19 ans) et CONGO KISWNDSIDA JOEL (20 ans) ont été interpellés, dans la commune de Yopougon par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Ils ont été pris alors qu'ils s'adonnaient à des activités cybercriminelles, le 17 septembre 2015, dans un cybercafé.

Ils ontété conduits dans les locaux de la PLCC, pour y êtreinterrogés par les enquêteurs et pour l'analyseapprofondie de leurséléments de travail par le LaboratoireCriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT).

Les investigations du LCN ont révélé que YABLÉ DONALD WILFRIED utilisait un faux profil «CHARLOTTE DE ROI». Il se faisait passer pour une femme européenne de nationalité française. De nombreux échanges avec ses correspondants ont montré qu'il faisait croire à ses correspondants qu'il était à la recherche de l'amour. CONGO KISWENDSIDA JOEL dit «PATASSE LA LÉGENDE» sur les réseaux sociaux, quant à lui, avait de nombreuses conversations dans lesquelles il parlait de transfert d'argent de plusieurs centaines d'Euros, que ses victimes lui ont envoyés.

En définitive, les suspects pourraient être poursuivis pour usurpation d'identité et escroquerie sur internet. Ils ont été remis au autorités compétentes pour répondre des faits qui leurs sont reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecte-d’escroquerie-sur-internet-et-usurpation-d’identite-«-je-regrette-je-ne-savais-pas

Soumis par g.ouedraogo le mar, 22/09/2015 - 15:52
SUSPECTÉ D´ESCROQUERIE SUR INTERNET ET USURPATION D´IDENTITÉ: "JE REGRETTE, JE NE SAVAIS PAS CE QUE JE RISQUAIS"

Dosso Abdoul Razack. Cet individu a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC), le 17 septembre 2015 à Yopougon, la plus grande commune d’Abidjan. Il a été remis aux autorités compétentes pour répondre des faits qui lui sont reprochés. Chemin faisant, nous lui avons arraché quelques mots.

Conduit dans les locaux de la PLCC, après son interpellation, l’analyse de sesdifférentscomptes de messagerie et sur les réseauxsociaux par le Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT), a permis de rassembler des preuvesaccablantescontre le suspect. Il en estressortiquecelui-ci se faisait passer pour unejeune femme de type Européen, qui arnaquait des hommesd’un certain âge, en leursoutirant de l’argent. Il pourraitêtrepoursuivi pour utilisation frauduleused’élémentd’identification, de personne physique, et escroqueriesur internet.

Comment en êtes-vous arrivés à cette pratique ?
Ce sont des jeunes de mon quartier que je voyais, qui m’ont motivé à emprunter cette voie. Ils étaient bien habillés, ils ‘’frimaient’’ tout le temps, et ils exposaient leur richesse. J’ai eu envie de faire comme eux.

Pourtant vous êtes élève, vous avez l’avenir devant vous…
Oui je suis élève.

Comment s’est passée votre initiation ?
Je me suis rapproché de ceux qui pratiquaient déjà cette activité. Ils m’ont expliqué comment ça se passait. Celui qui m’a pris sous son aile (il se fait appeler IB Moraless) a créé mon premier faux compte sur les réseaux sociaux «ANGELA DEMOUCHI » en plus d’un compte de messagerie. Avec ça il m’a aidé, il m’a montré des astuces pour mon arnaque et m’a donné les mots qu’il fallait pour entrer en contact avec les ‘’clients’’. Une liste de personne que lui connaissait déja.

Comment s’est faite la première prise de contact ?
En général ce sont les hommes qui m’écrivent. Quand ils voient la photo de la fille que je mets en photo de profil, ils sont intéressés et ils m’écrivent. C’est ainsi que ça commence. Dans les discussions je leur dis qu’ils me plaisent. Ensuite je leur fais part de quelques besoins et je leurs demande de l’argent pour ça.

L’argent que vous gagniez de cette activité était à quelle fin ?
Il y en a qui l’utilise pour investir mais ça ne marche pas puisque c’est de l’argent volé. Généralement c’est pour la belle vie aller en boite etc…

Quand vous dépouillez vos victimes, vous arrive-t-il de penser à ce que celles-ci ressentent ou vivent par votre faute ?
(Il baisse la tête). Sincèrement on n’y pense pas. On cherche notre argent c’est tout.

Vous pensiez peut être ne pas vous faire prendre ?
(Aucune réponse).

Aujourd’hui vous risquez la prison pour un long moment. Est-ce que ça en valait la peine ?
Non. Et je le regrette. Je ne savais pas ce que je risquais.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-dintrusion-dans-un-système-informatique-et-descroquerie-il-détourne-plus-de-2

Soumis par g.ouedraogo le mer, 30/09/2015 - 16:11
SUSPECTÉ D´INTRUSION DANS UN SYSTÈME INFORMATIQUE ET D´ESCROQUERIE: IL DÉTOURNE PLUS DE 2 MILLIONS DE DOLLARS À UNE SOCIÉTÉ DE LA PLACE

Arnaque de haut vol. C'est ainsi qu'on pourrait qualifier les faits qui sont reprochés à AKA ARSENE alias «Président Bongo». Le suspect a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) le 23 septembre 2015, pour complicité d'escroquerie portant sur la somme de 2 millions 218 milles dollars (environ 1 milliard 297 millions de Fcfa ) et une tentative d'escroquerie à hauteur de 774 millions de FCFA sur une socièté de la place.

C'est après une ''chasse à l'homme'' que les agents de la PLCC ont pu interpellé le suspect. Conduit dans les locaux de la Plateforme, les éléments en sa possession saisis lors de la perquisition de son domicile ont été remis au Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT). Leurs exploitations par le LCN ont permis de relier le mis en cause à la première escroquerie estimée à près de 1 milliard 297 millions puis à une seconde tentative en cours stoppée net par les agents de la PLCC. En effet, le suspect a usurpé l'identité de l'un des administrateurs de l'entreprise pour ordonner un virement. De plus un logiciel malveillant permettant de récupérer les adresses mails et de les exploiter a été décelé.

Une pratique qui prend de l'ampleur en Côte d'Ivoire. Les cyberdélinquants aguerris en informatique, se sont faits passer pour les administrateurs de ladite société en usurpant les adresses mails de ceux-ci, pour faire passer des ordres de virement bancaire au profit d'entreprise fictive.

En définitive, le suspect pourrait être poursuivi pour intrusion dans un système informatique, utilisation frauduleuse d'éléments d’identification, escroquerie, complicité et tentative d'escroquerie. Il a été conduit devant le Parquet pour répondre des faits qui lui sont reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-de-complicité-darnaque-sur-internet-il-empêche-les-agents-de-la-plcc-d’entrer-dans

Soumis par r.doukrou le jeu, 08/10/2015 - 15:41
SUSPECTÉ DE COMPLICITÉ D´ARNAQUE SUR INTERNET: IL EMPECHE LES AGENTS DE LA PLCC D´ENTRER DANS SON CYBERCAFE

« Dura lex sed lex », la loi est dure mais c’est la loi. KOUAKOU KONAN JEAN JACQUES l’a appris à ses dépends. Le suspect a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) alors qu’il empêchait ceux-ci d’investir un cybercafé de la commune de Yopougon.

KOUAKOU KONAN JEAN JACQUES âgé de 20 ans a étéarrêtéparcequ'il a refusél'accès aux agents de la PLCC, du cybercafédontilest le gérant. Le suspect a obstrué le passage avecune table pour les empêcherd’ypénétrer et proférait des injures, des menaces àleurégard. Permettantainsià des cyberdéliquants de pouvoirprendre la fuite par une issue de secours.

Une fois à l'intérieur, l'enquête menée sur place par les agents a révélé que tous les postes étaient connectés avec des profils de personnes de type européen, en majorité des profils de jeune femme. De nombreuses photos à caractère sexuel ont été trouvées dans les échanges de certains profils. De plus, le cybercafé n'etait pas en règle car il n'avait pas d'autorisation d'exister, ni de registre de commerce, pis, le suspect ne tenais aucun registre d’enregistrement de ses clients.

Conduit dans les locaux pour y être interrogé, celui-ci déclare avoir posé cet acte, sans mesurer l'ampleur de ce qu'il faisait. A la question de savoir est ce qu’il était le complice des suspects étant donné qu'il leur a permis de s'échapper, celui-ci n'a pas pu répondre.

En définitive, KOUAKOU KONAN JEAN JACQUES peut être poursuivi pour agression verbale, entrave des agents de police dans l'exercice de leur fonction, complicité d'escroquerie sur internet et pour non respect des règles d'exploitation d'un cybercafé prévu par la loi. Il a été conduit devant les autorités compétentes pour répondre des faits qui lui sont réprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-darnaque-aux-faux-sentiments-il-sinvente-une-identité-pour-soutirer-de-largent-sur

Soumis par r.doukrou le lun, 05/10/2015 - 17:36
SUSPECTÉ D´ARNAQUE AUX FAUX SENTIMENTS: IL S´INVENTE UNE IDENTITÉ POUR SOUTIRER DE L´ARGENT SUR INTERNET

KADJO KACOU FLAVIEN JORISâgé de 22 ans a été conduit devant le Parquet d'Abidjan. Suspecté de pratiquerl’arnaque aux faux sentiments, il a étéinterpellé le 30 septembre 2015 par les agents de la Plateforme de LutteContre la Cybercriminalité (PLCC), dans la commune de Yopougon.

Conduit, dans les locaux de la PLCC, le Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT) a découvertque le dénomméKADJOKACOUFLAVIENJORIS se faisaitappeler « ROSELIE LACHANCE » sur les réseauxsociaux. Unejeune femme de type européen de nationalitéfrançaise. Dans de nombreuses conversations avecsesamoureux, ce dernier leurdemandait de l'argent pour régler des problèmesfictifs.

Interrogé par les enquêteurs de la PLCC, KADJO KACOU FLAVIEN JORIS alias « ROSELIE LACHANCE » a avoué être un cyberdélinquant. Il a déclaré manipuler les sentiments de ses victimes pour se remplir les poches. Il a ajouté avoir plusieurs amoureux et amoureuses à qui il demande de l'argent régulièrement.

En définitive, le suspect pourrait être poursuivis pour usurpation d'identité, et escroquerie sur internet.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspectés-dusurpation-didentité-danarque-aux-faux-sentiments-ils-usent-de-charme-pour

Soumis par r.doukrou le mar, 13/10/2015 - 15:53
SUSPECTÉS D´USURPATION D´IDENTITÉ, D´ARNAQUE AUX FAUX SENTIMENTS: ILS USENT DE CHARME POUR ESCROQUER SUR INTERNET

KAMAGATÉ AMADOUBA âgé de 26 ans et DIALLLO ABDOUL AZIS TRAORÉ YACOUBA âgé de 19 ans suspectés d'être des cyberdélinquants, ont été interpellés par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). C' était le 9 octobre 2015, dans un cybercafé de la commune de Marcory.

Conduits dans les locaux de la PLCC pour y êtreinterrogés, les éléments en leur possession ontétémisà la disposition du Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT). Les analyses du laboratoireontrévéléque « LINDA CHIASSON » était le nom du faux profilutilisé par KAMAGATÉAMADOUBA. QuantàDIALLOABDOUL AZIZ TRAORÉ, il se faisait passer pour un certain « FRANCK BILODEO ».

Ainsi donc, les suspects se faisaient respectivement passer pour une femme de type européen de nationalité française et pour un homme du même type de nationalité belge. De nombreux échanges dans lesquels, ils parlaient de projets d'avenirs avec leurs correspondants, leur besoin de vouloir les rejoindre au plus vite et où ils leur demandaient de l'argent pour régler des frais fictifs ont été aussi retrouvés.

Interrogé, KAMAGATÉ AMADOUBA alias « LINDA CHIASSON » a déclaré être un cyberdélinquant depuis peu. De cette pratique, il dit avoir déjà perçu de l'argent. Il a ajouté parcourir les sites de rencontres avec de fausses histoires, pour appâter ''les pigeons'' à la recherche de l'amour. Une fois la confiance installée, il commence à leur demander de l'argent.

DIALLO ABDOUL AZIZ TRAORÉ alias « FRANCK BILODEO » à quant à lui déclaré pratiquer la cyberdélinquance comme passe temps, à coté de son statut d'élève. Il a poursuivi son propos en déclarant vouloir faire comme ses amis. Le suspect a terminé son propos en affirmant pratiquer le chantage affectif pour soutirer de l'argent à ses conquêtes.

En définitive, les suspects pourraient être poursuivis pour utilisation frauduleuse d’éléments d'identification et escroquerie sur internet. Ils ont été conduits devant les autorités compétentes pour répondre des faits qui leur sont réprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspectée-de-complicité-descroquerie-elle-retire-plus-de-2-millions-f-cfa-pour-des

Soumis par g.ouedraogo le mar, 20/10/2015 - 16:29
SUSPECTÉE DE COMPLICITÉ D´ESCROQUERIE: ELLE RETIRE PLUS DE 2 MILLIONS F CFA POUR DES CYBERESCROCS

ABOUADJIN SAGNE MARIE PAULE âgé de 29 ans a été mise à la disposition du Parquet d'Abidjan. Suspectée d'avoir effectué des retraits frauduleux, elle a été interpellée par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) le 19 octobre 2015 dans la commune de Cocody (Angré).

Tout commence en Mai 2015, lorsqueplusieurs habitants de la zone de Yopougonontdéposéplainteà la PLCC, suite à des transfertsdétournés. Un total de 2 millions de F CFA. Saisis par les enquêteurs de la PLCC, leLaboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT) après ses investigations menées, ont permis de découvrirquecesmandatsonttousétépayés. Des paiements effectués dansuneagence de transfertd'argent, situéedans la commune de CocodyAngré22emearrondissement par la dénomméeABOUADJINSAGNE MARIE PAULE, caissière de laditeagence.

Convoquée dans les locaux de la PLCC, pour y être interrogée, et face aux preuves l'accablant, ABOUADJIN SAGNE MARIE PAULE a déclaré avoir été contactée par des cyberdelinquants. Ces derniers lui auraient proposés de payer frauduleusement des transferts d'argent moyennant 10 % sur chaque opération effectuée. Chose qu'elle a accepté. Concernant le mode opératoire, elle a ajouté que les cyberescrocs lui communiquaient les informations des mandats qu'elle validait dans le système, puis, effectuait les retraits pour ensuite payer ces cyberdélinquants. Elle utilisait également de fausses pièces d'identité pour servir de preuves de paiements.

En définitive,ABOUADJIN SAGNE MARIE PAULE pourrait être poursuivie pour utilisation frauduleuse d’éléments d'identification, escroquerie et complicité d'escroquerie en bande sur internet.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-darnaque-aux-faux-sentiments-il-se-fait-passer-pour-un-homosexuel-afin-d’extorquer

Soumis par r.doukrou le ven, 16/10/2015 - 09:19
SUSPECTÉ D´ARNAQUE AUX FAUX SENTIMENTS: IL SE FAIT PASSER POUR UN HOMOSEXUEL AFIN D´EXTORQUER DE L´ARGENT

BANAH HENRY JEAN MARIE âgé de 25ans a été conduit devant le parquet. Il est suspecté d'être un cyberescroc. Il a été interpellé le 9 octobre 2015, par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) à son domicile.

Conduit, dans les locaux de la PLCC pour être y interrogé, tous les éléments en sa possession ontétémisà la disposition du Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT). L'analyseapprofondie de cesélémentsn’a pas détecté de profilusurpé.

Cependant, Le LCN a révélé des conversations, dans lesquelles le suspect se faisait passer pour un homosexuel, à la recherche de l'âme sœur. BANAH HENRY JEAN MARIE jouait de ses charmes pour soutirer de l’argent à ses correspondants.

Lors de son interrogatoire, et face aux preuves l’accablante le suspect a reconnu pratiquer l’arnaque aux faux sentiments. Il a avoué utiliser sa propre identité, se faisant passer pour un homosexuel sur les réseaux sociaux et autres sites de rencontres à la recherche des proies. De cette pratique, il a reconnu avoir touché de l’argent de victimes masculines de type européen.

En définitive, BANAH HENRY JEAN MARIE pourrait être poursuivi pour escroquerie sur internet.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-darnaque-aux-faux-sentiments-et-usurpation-didentite-nguessan-herman-dit-«mano-disk
Soumis par g.ouedraogo le jeu, 03/12/2015 - 08:28
SUSPECTÉ D´ARNAQUE AUX FAUX SENTIMENTS ET USURPATION D´IDENTITE: N`GUESSAN HERMAN DIT "MANO DIS-DUR" MIS AUX ARRETS

N'GUESSAN HERMAN FELICIEN dit «MANO DISK-DUR» a été interpellé à son domicile sis à Yopougon dans le quartier Niangon Nord à droite, le 25 novembre 2015, par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Suspecté de pratiquer l'arnaque aux faux sentiments, ce jeune homme de 28 ans a été conduit devant le Parquet d'Abidjan - Yopougon.

Environ 5 victimes toutes de type Européen. C'est le triste bilan qui ressort de l'analyse de ses éléments de ''travail'', par le laboratoire de criminalistique numérique (LCN) de la direction de l'informatique et des traces technologiques (DITT).

En effet selon le LCN, pour réussir son arnaque, N'GUESSAN HERMAN FELICIEN se faisait passer pour une femme âgée de 50 ans, de nationalité française, avec les faux profils « Marie CLAUDE DUVALLIER » et « MARIE CLAIRE DUVALLIER » sur les réseaux sociaux.

Interrogé par les enquêteurs de la PLCC, et devant les preuves accablantes fournies par le LCN, N'GUESSAN HERMAN FELICIEN a reconnu pratiquer la cyberdélinquance. Il a ajouté utiliser l'arnaque aux faux sentiments sur les sites de rencontre et de Chat en ligne. Après avoir séduit ses victimes avec des photos (téléchargées sur le net) et des mots bien placés, il leur demandait de l'argent. De cette activité, il a avoué avoir reçu de ses victimes plus de 10 milles Euros (soit environ 7 millions de F CFA).

En définitive N'GUESSAN HERMAN FELICIEN alias « Marie CLAUDE DUVALLIER » et « MARIE CLAIRE DUVALLIER » pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’éléments d'identification de personne physique et escroquerie sur internet.



http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-dusurpation-didentité-et-escroquerie-sur-internet-deux-spécialistes-de-l’arnaque
Soumis par g.ouedraogo le lun, 23/11/2015 - 11:26
SUSPECTÉ D´USURPATION D´IDENTITÉ ET ESCROQUERIE SUR INTERNET: DEUX SPÉCIALISTES DE L´ARNAQUE AUX FAUX SENTIMENTS INTERPELLÉS

ZAMBLÉ DOMINIQUE et DOH HERVÉ. Ces deux individus ont été interpellés par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Ils ont été pris dans un cybercafé de la commune de Yopougon le 19 novembre 2015, alors qu'ils se faisaient passer pour des Européens à fins d'arnaques.

Conduits dans les locaux de la PLCC, l'analyse des éléments en leur possession par le Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN) de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), a permis de faire la lumièresur les activités des deuxinterpellés.

En effet, ZAMBLÉ DOMINIQUE et DOH HERVÉ se faisaient respectivement passer pour « DOMINIQUE DESIRÉ » et « MARION GUEYOT », un homme et une femme de type européen, prétendant rechercher l'amour sur les réseaux sociaux et autres sites de rencontre. De plus, certains logiciels d'anonymisations ont été retrouvés sur leurs outils de ''travail''.

Interrogés par les enquêteurs de la PLCC, les suspects face aux preuves accablantes produites par le LCN ont reconnu être des cyberdélinquants. Des spécialistes de l'arnaque aux faux sentiments suivie du chantage à la vidéo (notons que le chantage à la vidéo pousse certaines victimes au suicide).

En définitive, les suspects ZAMBLÉ DOMINIQUE et DOH HERVÉ peuvent être poursuivis pour utilisation frauduleuse d’éléments d'identification de personnes physiques, et d'escroquerie sur internet. Ils ont été conduits devant le Parquet pour répondre des faits qui leurs sont reprochés.


http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-descroquerie-sur-internet-il-effectue-des-retraits-frauduleux-linsu-de-sa-collègue

Soumis par r.doukrou le mar, 17/11/2015 - 13:50
SUSPECTÉ D´ESCROQUERIE SUR INTERNET. IL EVVECTUE DES RETRAITS FRAUDULEUX A L´INSU DE SA COLLÈGE

KOUASSI KOUADIO SAMUEL âgé de 26ans a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Il est suspecté d'avoir effectué des retraits frauduleux. C'était le 11 novembre 2015.

Tout commence le 01 novembre 2015, lorsque Dame OAMs'aperçoitque son compte mobile money estbloqué. Le lendemain, celle-ci se rend dansuneagence pour y remédier. Son comptedébloqué Dame OAM en consultant son solde, constatequecelui-ci a étédébité de 583 000 Fcfasur 850 000 Fcfaalorsqu'ellen'aeffectuéaucunretrait. Le signifiantàl'agent de l'agence, ilimprime le relevé de transactions de son compte. Elle constatealorsque 5 retraitsontétéeffectués. Elle décidedonc de porter plainteà la Plateforme de LutteContre la Cybercriminalité.

L'enquête menée par les agents de la PLCC avec l'appui du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces technologiques (DITT), a permis de remonter la trace du suspect KOUASSI KOUADIO SAMUEL.

En effet celui-ci subtilisait la carte SIM de dame OAM qui est sa collègue et se rendait en agence pour effectuer des retraits en son nom, prétextant que celle-ci était malade.

Interrogé par les enquêteurs de la PLCC, le suspect a reconnu avoir effectué ces différents retraits.

En définitive, le suspect pourrait être poursuivi pour vol d'information, pour retraits frauduleux et pour escroquerie sur internet. Il a été conduit devant les autorités compétentes pour répondre des faits qui lui sont reprochés.



http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-dêtre-un-cyberescroc-il-soutire-près-de-2000-euros-par-larnaque-aux-faux-sentiments

Soumis par r.doukrou le mer, 11/11/2015 - 15:48
SUSPECTÉ D´ETRE UN CYBERESCROC: IL SOUTIRE PRÈS DE " 2000 EUROS PAR L`ARNAQUE AUX FAUX SENTIMENTS

Le 06 novembre 2015, le dénommé KOUASSI N'GUESSAN RODOLPHE âgé de 23 ans a été conduit devant le Parquet d'Abidjan. Il est suspecté de pratiquer des arnaques via internet. Il a été interpellé dans un cybercafé de la commune de Cocody,, par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC).

Conduit dans les locaux de la PLCC pour nécessitéd'enquête, l 'analyse technique des éléments en sa possession par le Laboratoire de CriminalistiqueNumérique(LCN), de la Direction de L'Informatique et des Traces Technologiques a révéléque KOUASSIN'GUESSANRODOLPHE utilisait le faux profil «BERTRAND RICHARD» sur les réseauxsociaux. Un hommeest de type européen et de nationalitéhispanique, vivant à Valence mais en déplacement en Côted'ivoire pour une mission. Toujoursselon le LCN, celui-cientretenaitune relation amoureuseavec Dame BM a qui ilextorquaitàmainte reprise de l'argent.

Interrogé, le suspect a déclaré être un cyberescroc dont la spécialité est l'arnaque aux faux sentiments. Avec une fausse histoire sur sa vie sentimentale, il réussit à attendrir ses victimes. Ces personnes, il les repère sur les sites de rencontre. Le suspect a déclaré par la suite avoir obtenu de cette pratique près de 2000 Euros soit environ 1 300 000 F cfa.

En définitive, KOUASSI N'GUESSAN RODOLPHE alias « BERTRAND RICHARD » peut être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’éléments d'identification de personne physique et d'escroquerie sur internet.



http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=node&page=2
Soumis par r.doukrou le mar, 10/11/2015 - 09:03
SUSPECTÉS D´ETRE DES CYBERDELINQUANTS: ILS PRATIQUENT LA´ARNAQUE AUX FAUX SENTIMENTS POUR SE FAIRE DE L´ARGENT

L'équipe terrain de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) a interpellé les dénommés IRA ALASSANE et N'GUESSAN KOUADIO WILFRIED, lors d'une patrouille. C’était le 3 novembre 2015, dans la commune de Cocody -


Soumis par g.ouedraogo le mar, 10/11/2015 - 08:52
CYBERSÉCURITÉ - CYBERDÉFENSE - CYBERCRIMINALITÉ - LA FRANCOPHONIE SONNE LA MOBILISATION

M. Eric ADJA et M. Emmanuel ADJOVI, respectivementDirecteur de la FrancophonieNumérique et Responsable de Programme «Société de l’information» àl'OrganisationInternationale de la Francophonie (OIF), sont en visiteà Abidjan. Il s'agit pour eux, de rencontrer les acteursivoiriens de la cybersécurité, la cyberdéfense et de la cybercriminalité. L'objectif de cesrencontreest de préparer la conférenceinternationalesur la cybersécurité et la cyberdéfensedansl'espacefrancophon

Soumis par g.ouedraogo le jeu, 05/11/2015 - 09:03
BENIN: L`OCRC DÉMANTÈLE UN RÉSEAU DE PRÉSUMÉS SPÉCIALISTES DU CHANTAGE À LA VIDÉO

Du 16 septembre au 26 octobre 2015, l'Office Central de Répression de la Cybercriminalité du Bénin (OCRC) a enregistré 06 lettre-plaintes. Parmi ces plaintes, celle d'une victime ivoirienne transmise par la PLCC, ainsi que celles de citoyens américains et béninois enregistrées sur place. Ces plaintes portent toutes sur des faits de chantage à la vidéo qui pourraient être reliés. Cette situation a amené l'OCRC à ouvrir une en
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-de-harcèlement-de-chantage-à-la-vidéo-il-se-fait-appeler-«shella-martens»-et

Soumis par g.ouedraogo le mer, 30/12/2015 - 09:24
SUSPECTÉ DE HARCÈLEMENT, DE CHANTAGE À LA VIDÉO: IL SE FAIT APPELER "SHELLA MARTENS" ET ESCROQUE PLUS DE 111.000 EUROS

111.000 Euros, soit plus de 70.000.000 de F cfa. C'est le montant du préjudice causé par DIAKITÉ MOHAMED ALEXANDRIN, suspecté de chantage à la vidéo et de harcèlement sur internet (Gmail, Skype, Facebook...). Il a été interpellé le 22 décembre 2015 par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) après une sourcière mise en place par ces derniers, suite à une plainte déposée.

Conduit dans les locaux de la PLCC, l'analyse de son matériel de ''travail'' par le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT) aura permis de faire la lumière sur les activités criminelles du suspect.

En effet, selon le LCN, DIAKITÉ MOHAMED ALEXANDRIN se faisait passer pour «SHELLA MARTENS», une femme de type européen, d'une vingtaine d'années, résidant en France. Un faux profil utilisé à fin d’arnaque, puisqu'il aura réussi à tromper M. NS et lui escroquer la somme de 111.000 Euros, grâce à une vidéo à caractère sexuelle enregistrée à l'insu de sa victime. Menace de divulgation de la vidéo, injure, manipulation psychologique voir terrorisme. Ce sont les armes utilisées par le suspect pour faire payer sa victime.

En définitive, DIAKITÉ MOHAMED ALEXANDRIN alias «SHELLA MARTENS» pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’élément d'identification d'une personne physique, harcèlement et chantage sur internet. Il a été conduit devant le Parquet d'Abidjan pour répondre des actes qui lui sont reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-darnaque-aux-fausses-promesses-demploi-un-specialiste-dans-ce-domaine-interpellé

Soumis par g.ouedraogo le lun, 21/12/2015 - 07:58
SUSPECTÉ D´ARNAQUE AUX FAUSSES PROMESSES D´EMPLOI: UN SPECIALISTE DANS CE DOMAINE INTERPELLÉ
AKRE MAGUY CHRISTIAN alias « COMMISSAIRE AKRÉ » a été interpellé à Cocody-Angré par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Ce jeune ivoirien de 27 ans a été mis aux arrêts car suspecté de pratiquer l'arnaque aux fausses promesses d'emploi.

Plus de 23 plaintes. C'est le nombred'affairesliéesàcetindividu qui a étéinterpellé suite àl'enquêtemenée par les agents de la Plateforme. L'analyse de son matériel de ''travail'' par le Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN) de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), a permis de faire la lumièresur les activités de l'interpellé.

En effet, AKRE MAGUY CHRISTIAN alias « COMMISSAIRE AKRÉ » fait parti de ces arnaqueurs qui envoient des SMS de faux recrutements aux populations. Ils sont nombreux à avoir reçu ce message sur leur téléphone mobile ''Neveu, envoies vite tes dossiers à mon bureau, le ministre de la fonction publique dispose de 15 places aux Trésors et aux Impôts. Mme Dosso.'' ou encore ''Envoies vite tes dossiers, il y a des places disponibles à la BAD (Banque Africaine de Développement). Selon les informations recueillies par le LCN, l'interpellé aurait fait plusieurs victimes grâce à ce procédé.

Devant les preuves accablantes fournies par le laboratoire de la DITT, AKRE MAGUY CHRISTIAN a reconnu pratiquer cette escroquerie depuis un certain temps. Il a ajouté qu'avec l'aide de certains acolytes, il envoyait ces messages à des numéros inconnus. Lorsque ceux-ci manifestaient leur intérêt, il leur faisait payer des frais de dossier fictif via les services de mobile money, avant de disparaître dans la nature.

En définitive, AKRE MAGUY CHRISTIAN alias « COMMISSAIRE AKRÉ » pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d'éléments d'identification de personnes physiques, escroquerie en bande, complicité d'escroquerie et tentative d'escroquerie sur internet. Il a été conduit devant le Parquet d'Abidjan – Plateau pour répondre des faits qui lui sont reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspecté-darnaque-aux-faux-héritages-il-se-fait-passer-pour-un-avocat-et-escroque-plus-de

Soumis par g.ouedraogo le mar, 05/01/2016 - 15:50
SUSPECTÉ D´ARNAQUE AUX FAUX HÉRITAGES: IL SE FAIT PASSER POUR UN AVOCAT ET ESCROQUE PLUS DE 12.000 EUROS

C'est après une enquête menée par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC), que NIANGORAN JEAN FRANCOIS a été interpellé. C'était le 28 décembre dernier, dans la commune de Koumassi. Ce jeune homme de 22 ans est suspecté d'arnaque aux faux héritages et d'escroquerie portant sur la somme de 8.000.000 de F CFA (soit plus de 12.000 euros).

Conduit dans les locaux de la PLCC, l'analyse du matériel en sa possession, aura permis au Laboratoire de CriminalistiqueNumérique (LCN) de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), de faire la lumièresur les activitéscriminelles du suspect.

En effet, ce dernier, un expert de l’arnaque aux faux héritages envoyait de façon aléatoire des mails à des inconnus. Ainsi, ceux-ci recevaient des messages indiquant qu'ils étaient désignés pour recevoir un héritage d'une personne en fin de vie souffrant d'une maladie incurable.

Toujours selon le LCN, NIANGORAN JEAN FRANÇOIS se faisait passer pour « Maître BECHAUD CISSE » un avocat chargé d'exécuter les dernières volontés de ses faux clients. Il compte parmi ses victimes, un camerounais, à qui il a escroqué la somme de 8.000.000 de f CFA.

Interrogé, et face aux éléments l'accablant, le suspect a reconnu être un cyberdélinquant avant d'ajouter compter à son actif plusieurs autres victimes.

En définitive, NIANGORAN JEAN FRANÇOIS alias « MAITRE BECHAUD CISSE » pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’élément d'identification de personne, et escroquerie sur internet. Il a été remis aux autorités compétentes pour répondre des faits qui lui sont reprochés.
 

Lioness1

Banned
http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=article/suspectée-de-modifier-des-données-de-compte-bancaires-elle-retire-frauduleusement-plus-de

Soumis par r.doukrou le mar, 12/01/2016 - 10:30
SUSPECTÉ DE MODIFIER DES DONNÉES DE COMPTE BANCAIRES: ELLE RETIRE FRAUDULEUSEMENT PLUS DE 100 MILLIONS

BARRY SARATA EPOUSE MARTINS AGÉE DE 31 ans a été mise à la disposition du Parquet d'Abidjan après enquête. Elle a été interpellée le 8 janvier 2016, par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC).

C'est une institution bancaire qui a constaté des fraudeseffectuéessurcertains de sescomptesdormants, saisie la PLCC pour tirer au claircette situation. A son tour saisie, les investigations du Laboratoire de CriminalistiqueNumérique ( LCN) de la Direction de L'informatique et des Traces Technologiques (DITT) ontpermis de remonter les pistesjusqu'à la suspecte.

En effet, BARRY SARATA, employée de ladite institution, selon le LCN, a utilisé ses accès pour modifier des informations sur ces comptes (les numéros de téléphone liés aux comptes). Ensuite elle utilisait ces comptes pour souscrire au produit e-bank ou elle transférait l'argent des comptes vers ces nouveaux numéros. Enfin les détenteurs de ces numéros pouvaient retirés cet argent sans passer par la banque. Ce sont au total 7 numéros. Toutes ces transactions frauduleuses ont été effectuées dans les mois de juin, juillet et août 2015 pour un préjudice estimé à plus de 100 Millions de Francs CFA

En définitive BARRY SARATA EPOUSE MARTINS pourrait être poursuivie pour modification de données de compte bancaire, utilisation frauduleuse d’éléments d'identification de personnes physiques, escroquerie et complicité d'escroquerie sur internet.
 
Top